CALM | Maison de Naissance Comme A La Maison | Paris.

Bonjour!

Nous avons eu la chance de poser quelques questions à Margaux Dassieu, militante au CALM et co-responsable de la communication.

Elle s’est prêtée avec brio à l’interview et ses réponses sont très claires et détaillées!

Encore un grand merci pour ta disponibilité Margaux 🙂

 

Publicités

Flash Info Télé doulas

Bonjour,   L’indulgence et la bienveillance seront de rigueur aujourd’hui car voici notre première vidéo. Evidemment nous ne sommes ni actrices si réalisatrice donc c’est perfectible 🙂   Ceci était notre présentation de travail de fin d’études et la vidéo enregistrée ce jour étant de piètre qualité il nous aura fallu plusieurs mois afin d’être […]

Plus de maisons de naissance et de pôles physiologiques à Paris?

Nous étions lundi 5 décembre au forum et à la table ronde organisés à la maternité de Port Royal.

Nous avons pu rencontrer lors du forum:

 

Une visite du pôle physiologique nous a permis de constater une réelle volonté de la maternité de Port Royal d’offrir une alternative aux grossesses sans pathologies.

sans-titre

sans-titre2

fullsizerender4

 

S’en est suivie une table ronde animée par une journaliste et qui a réuni :

  • Madeleine Akrich, sociologue et membre du CIANE
  • Maud Arnal, sage-femme et doctorante en sociologie à l’EHESS
  • Anne Morandeau, sage-femme au CALM
  • Carine Jangal, sage-femme au pôle physiologique de Port Royal
  • Marc Dommergues, chef de service à la Pitié Salpétrière

 

Il a été fait un état des lieux de l’offre et de la demande concernant l’accouchement physiologique.

En effet se pose la question de savoir si la demande existe en dehors des cercles militants et la réponse est donnée par les médias qui s’emparent de plus en plus du sujet ce qui nous prouve que cette question intéresse plus que les cercles avertis.

Dans les éléments de réponse il y a également les résultats de la grande enquête menée depuis 2012 par le CIANE sur le déroulement des accouchements et la manière dont le vivent les femmes, et vous pouvez d’ailleurs toujours y participer.

Et également certaines petites maternités menacées de fermeture ont pu se relever et garder leur activité proposant et développant une offre de pôle physiologique.

Il y a également une demande du côté des sages-femmes pour arriver à une offre une femme/une sage-femme.

Mais alors finalement faut-il attendre la demande?

Le problème étant toujours la rentabilité, la cotation à l’acte pose un dilemme dans le cadre d’un accouchement physiologique qui impose une certaine inactivité mais une attention accrue de la part de la sage-femme. Alors comment coter ces « non » actes?

L’obstacle radical est la valorisation du travail des sages-femmes de la fonction publique. Une des solutions est l’externalisation du suivi par des sages-femmes libérales qui a été mis en place à la maternité de Port Royal par exemple.

Madeleine Akrich, nous rappelle que le CIANE s’est positionné concernant l’appellation « accouchement physiologique » et souhaiterait que l’HAS (Haute Autorité de Santé) définisse clairement les critères pour les pôles physiologiques et salle « nature » afin que les professionnels comme les parents sachent  vraiment de quoi il est question.

En 2012, le CNGOF (Collège National des Gynécologues-Obstétriciens Français) se positionnait sur le suivi, l’accompagnement et la prise en charge de « l’accouchement physiologique. »  Il prend parti pour les espaces physiologiques  « Les expériences existent déjà (espaces physiologiques, salles nature) et il est possible de se baser sur leurs résultats satisfaisants pour poursuivre dans cette voie, avec pour seuls objectifs le bien-être de la patiente et de son nouveau-né et le respect absolu de leur sécurité. »

Pourquoi n’arriverait on pas à des accouchements ambulatoires?

Les professionnels de la santé n’ont pas de réponse à cette question, le problème de la rentabilité étant toujours en ligne de compte et ils ne peuvent pas faire plus avec toujours moins de personnel.

Concernant les maisons de naissance il a été évoqué la question de l’attenance à une maternité hospitalière.
Les réponses sont variées allant du besoin de sécurité en cas d’urgence (le critère qui a d’ailleurs imposé cette condition aux maisons de naissance expérimentales) à une volonté d’externaliser totalement les maisons de naissance. Le chef de service de Nanterre présent dans la salle rappelle qu’en France il aurait été totalement inenvisageable dans un premier temps de laisser les maisons de naissance loin des maternités (culture du risque et paternalisme médical en cause).

Anne Morandeau, sage-femme à la maison de naissance Calm pense que l’attenance est dépendante du voisin, si les liens avec la maternité partenaire sont bons, pas de problèmes mais si les liens sont mauvais ou inexistants, cela met en péril la sécurité et la confiance des parents et des sages-femmes.
Et elle rappelle que le taux de transfert est marginal, environ 30% soit 15% pendant la grossesse et 15% lors de l’accouchement.

Marc Dommergues, le chef de service de la Pitié Salpétrière pense que changer un peu les pratiques pourra apporter un changement plus global.

En conclusion:

Il est donc évident que la demande est présente et pas uniquement dans les cercles militants ou professionnels, mais elle affronte un système médical et économique figé et qui demanderait une remise en cause de son fonctionnement assez global. Si les professionnels de la santé sont plutôt favorables à un développement des pôles physiologiques et des maisons de naissance, les gestionnaires ne sont pas favorables à une augmentation du personnel sans avoir de garantie de rentabilité.

Et ajoutons que les politiques vont dans le sens des gestionnaires et sont plutôt dans la diminution des effectifs de fonctionnaires que dans l’augmentation.

Les Maisons de Naissance en expérimentation.

Suite à la proposition de loi autorisant l’expérimentation des « Maisons de Naissance  » en 2013, plusieurs projets
d’associations ont demandé à être étudié, et 11 ont été déposé. Au final, l’annonce est tombée en novembre 2015 : 9 projets ont finalement été retenus pour rentrer officiellement dans l’expérimentation. Les 9 Maisons de Naissance sont réparties sur le territoire métropolitain, dont deux dans les DOM-TOM.

Regardons de plus près ces établissements depuis le coup d’envoi de l’expérimentation au 1er janvier 2016 :

Au cœur de Paris, l’association CALM (Comme A La Maison), fonctionnait déjà avec la Maternité des Bluets, avec un transfert en plateau technique pour la phase finale de l’accouchement. Celle-ci est entrée dans l’expérimentation avec une première naissance officielle dans ses murs le 1er avril. 

Partons maintenant direction La Réunion, avec la maison de naissance MaNaO, affiliée à l’Hôpital Gabriel Martin à Saint-Paul. Une première naissance a eu lieu le 6 avril 2016 (la 1ère dans leurs murs et la 2ème de l’expérimentation nationale). Au 29 septembre dernier, elle comptait au total 18 venues au monde.

L’établissement Un Nid Pour Naître, en collaboration avec la maternité du Centre Hospitalier Régional Universitaire Niveau III de Nancy, a quant à elle vu sa toute première naissance le 5 mai dernier, et en compte au total 29 (au 24 octobre).

Concernant l’association PHAM (Premières Heures Au Monde) située à Bourgeoin-Jallieu, elle est affiliée au Centre Hospitalier Pierre Oudot, et a accueillit sa première naissance le 13 juin 2016, et compte à ce jour une vingtaine de naissances.

La Maison de Naissance d’Alsace Manala, située à Sélestat, est affiliée au Centre Hospitalier de la ville. Celle-ci a ouvert ses portes début octobre avec une toute première naissance le 6 du même mois, et compte depuis déjà 4 naissances (au 28 octobre).

Du côté de Castres, avec Doumaïa, en partenariat avec le centre hospitalier de Castres-Mazamet devrait être opérationnelle cet hiver. Un appel au don a d’ailleurs été lancé en octobre pour finaliser l’aménagement de la maison de naissance, et la 1re assemblée générale de l’association a eu lieu le 17 septembre dernier.

Sur le territoire des Antilles, en Guadeloupe, la maison de naissance Le Temps de Naître, est en lien avec la clinique Les Eaux Claires de Baie-Mahault en Guadeloupe et devrait ouvrir ses portes le 19 décembre 2016.

Revenons en métropole avec les deux dernières Maisons : celle de Grenoble, appelé simplement La Maison termine son aménagement. Affiliée à la maternité du Groupe Hospitalier de Grenoble, des publications et photos sont mises régulièrement sur le site pour suivre l’avancement intérieur, et les sages-femmes ont même commencé l’accompagnement global au grand bonheur des parents.

Enfin, du côté de Vitry et de la maternité des Noriets, la maison Premier Cri, dont le projet a finalement été abandonné.

Pour suivre les 8 maisons de naissances et participez à leur évolution, n’hésitez pas à aller faire un tour sur leur sites internet :

– Le CALM à Paris : http://www.mdncalm.org/

– MANAO (Joie de Naître) à Saint-Paul (Réunion) : http://www.manao.re/

– Un Nid Pour Naître à Nancy (Meurthe-et-Moselle) : http://unnidpournaitre.wixsite.com/maison-de-naissance

– PHAM (Premières heures au monde) à Bourgoin-Jallieu (Isère) : http://mdnpham.fr/

– Manala à Sélestat (Bas-Rhin) : http://www.manala.fr/

– Doumaïa à Castres (Tarn) : http://doumaia.fr/

– Le Temps de Naître à Baie-Mahault (Guadeloupe) : https://www.letempsdenaitre.fr/

– La Maison à Grenoble (Isère) : http://www.lamaisongrenoble.com/

Pour en savoir plus:

Arrêté du 23 novembre 2015 fixant la liste des maisons de naissance autorisées à fonctionner de manière expérimentale.

L’expérimentation en France.

Il y a dans le monde bon nombre de pays qui ont des maisons de naissance, en France il y a eu quelques tentatives mais sans autorisation nécessaire les projets n’ont pas pu voir le jour ou ont été fermés. Une vraie demande des sages-femmes et des associations d’usagers pour qu’une réflexion soit entreprise au sujet des maisons de naissance émerge est devient de plus en plus forte dès les années 90.

Il faut dire que le choix est très limité en France.  Quelques maternités proposent des salles « nature » ou « physio » pour tenter l’entre deux, un endroit sécurisé (médicalement parlant) mais avec la liberté et le confort de la maison mais cela ne représente pas l’indépendance d’une maison de naissance car ces salles sont intérieures aux maternités hospitalières.

En France nous sommes encore très en retard car il n’existe pas de maisons de naissance à proprement parlé. En effet, dans le reste du monde et de part le label « maison de naissance  » déposé à l’I.N.P.I. en 1999 par un groupe de travail comprenant  des associations d’usagers et des syndicats de Sages-Femmes, une maison de naissance est extra hospitalière sans nécessité de proximité avec un hôpital.

Historiquement et dans le monde:

La première maison de naissance (birth center) a été fondée en 1975, à New York. Aujourd’hui il en existe plus d’une centaine aux Etats-Unis. Au Québec, 10 maisons de naissance fonctionnent de nos jours, et 13 supplémentaires sont prévues d’ici 2018.

En Europe, le mouvement s’est d’abord implanté en Allemagne (en 1987), puis en Suisse, Autriche, Belgique, Suède, Grande-Bretagne… Un réseau européen de maisons de naissance (Netzwerk Europa) voit le jour en 1993.

En ce qui concerne la France:

En 1986, nombreuses sont les sages-femmes surprises par le soutien d’une association de parents luttant pour le maintien de la Maison de Naissance Parentale Sainte Thérèse, à Sarlat-La-Canéda dont s’occupe une sage-femme. Peu à peu une réflexion et un engagement se mettent en place. Le Netzwerk vient en 1996 à Pau pour animer un atelier « Comment créer une maison de naissance ? ».

Le 5 mai 1999, le réseau des maisons de naissance français est créé, affilié au Netzwerk et des ouvertures se font à Pau et à Montpellier avec des associations de parents volontaires et des sages-femmes , mais faute d’autorisation des autorités et en raison de l’hostilité des responsables médicaux, sans succès.

La mise en place d’une expérimentation des maisons de naissance est une priorité du plan périnatalité 2005-2007. Un groupe technique composé de représentants d’usagers (C.I.A.N.E. Collectif Interassociatif Autour de la Naissance – U.N.A.F Union Nationale des Associations Familiales) est mis en place par la DHOS (Direction de l’Hospitalisation et de l’Organisation des Soins) début 2005.

Mais en 2007 l’inquiétude gronde car les comptes rendu montrent un cahier des charges de plus en plus contraignant et la peur de l’abandon du projet oblige les collectifs à accepter les conditions de l’expérimentation.

En 2008, le C.N.G.O.F. (Collège National des Gynécologues Obstétriciens Français) prend position contre les maisons de naissance. Et il faudra attendre 2012 pour que 2 professeurs faisant partie de ce collège émettent un avis favorable concernant les maisons de naissance. Ils se basent sur les résultats satisfaisants d’expérience existantes, tant du point de vue du bien-être que de la sécurité.

Enfin!

Grâce à cette ouverture du côté des professionnels de santé et à une meilleure organisation des collectifs d’usagers, la sénatrice Muguette Dini, dépose une proposition de loi visant à autoriser l’expérimentation des maisons de naissance en mai 2011.

Le 28 novembre 2013 l’Assemblée Nationale vote à l’unanimité l’expérimentation des maisons de naissance. Et les espoirs deviennent réalité ainsi qu’une responsabilité portée par les sages-femmes.

Sans la concession de la proximité avec une maternité hospitalière, l’expérimentation n’aurait probablement pas vu le jour, et espérons qu’au vu des résultats, l’essai sera transformé mais qu’il ira même plus loin et qu’enfin nous pourrons avoir de « vraies » maisons de naissance totalement autonomes!

 

Pour en savoir plus:

- la loi du 6 décembre 2013 autorisant l’expérimentation des maisons de naissance :
- le décret du 30 juillet 2015 relatif aux conditions de l’expérimentation des maisons de naissance
- l’arrêté du 30 juillet 2015 fixant la composition du dossier et les modalités de candidature pour intégrer l’expérimentation des maisons de naissance
- le cahier des charges de la HAS relatif à l’expérimentation des maisons de naissance

Pour aller plus loin:

MAISONS de NAISSANCE: La volonté est là, le financement fait défaut – Expérimentation des maisons de naissance.

Les maisons de naissance en France, toute une histoire !

La France adopte, à l’essai, les Maisons de naissance.

Les maisons de naissance : Quand l’administration assume la démédicalisation de la naissance, les mères et les nouveau-nés profitent de la baisse du risque iatrogène et se surexposent au risque vital.